La membrane cellulaire - une source d'information primordiale

-

Le poète et écrivain Paul Valéry disait au siècle dernier "le plus profond dans l'homme c'est la peau". Cette intuition poétique confirme ce que les Chinois avaient observé, à savoir que le teint du visage reflète très exactement l'état des organes internes. Depuis une dizaine d'années la recherche en biologie la plus pointue change de territoire et opère un profond changement : pour elle, la membrane cellulaire est devenue le véritable centre d'information de l'activité cellulaire alors que le noyau cellulaire ne fait qu'exécuter et reproduire. Le périphérie prend le pas sur le centre, une sorte de révolution copernicienne de la biologie

Dans son livre "la Biologie des Croyances" Bruce Lipton décrit ce changement de point de vue ainsi que ses conséquences et ses implications au plan thérapeutique. Auparavant, l'homme était soumis au fatalisme de la génétique. Puisque tout partait du noyau cellulaire et donc de l'ADN et des gènes, on ne pouvait résoudre les problèmes de santé qu'en agissant directement sur le noyau de la cellule. Toute maladie était causée par une déficience génétique et toute solution ne pouvait être qu'en manipulant les gènes.

La "nouvelle biologie" se distingue de l'ancienne en affirmant que c'est la membrane cellulaire qui contrôle l'activité cellulaire. En effet, les membranes de toutes les cellules contiennent des molécules qui agissent comme des portes d'entrée et de sortie pour tout un panel d'agents actif dont l'oxygènes. Ces molécules sont souvent des protéines d'où l'importance de l'alimentation qui devra fournir à toutes les cellules du corps les protéines nécessaires au bon fonctionnement physiologique.

Les lois de la nouvelle biologie suivent les lois de la mécanique quantique, et non celles de la mécanique newtonienne. Ce qui veut dire que le corps n'est pas uniquement constitué de matière mais est le fruit de l'union entre la matière et l'énergie. Quand la matière se dérègle, cela signifie automatiquement que le champ énergétique qui conditionne la matière vivante était déjà déréglée. C'est pourquoi l'action sur l'énergie est si fondamentale pour prévenir les faiblesses immunitaires. La médecine chinoise n'a jamais pensé autrement : en stimulant l'énergie qui circule dans les méridiens on peut entretenir la santé et la vitalité de manière efficace.

Le champ énergétique constitue une grande partie de l'environnement de tout vivant, que ce soit une cellule ou un organisme. Tout ce qui pourra affecter l'environnement de manière positive aura un impact bénéfique sur le fonctionnement de la cellule ou de l'organisme. On le voit par exemple chez les personnes âgées qui connaissent une vie de vie bien plus paisible si elles sont entourées par des êtres qui leur porte une attention généreuse. Ce qui ne remet pas en cause l'importance des soins palliatifs, il va sans dire. La souffrance peut n'avoir que faire des sourires des proches.

C'est pourquoi le facteur fondemantal de santé restera toujours l'harmonie que l'homme et la femme peuvent avoir avec leur environnement. La pensée est un élément capital de cet environnement, car nous baignons dans nos pensées. Des pensées de joie se traduiront par une vitalité accrue. Une pensée constamment négative, troublée par la colère, la peur, le souci, la tristesse et l'angoisse se traduira, tôt ou tard, par des problèmes de santé ou tout du moins par une moindre vitalité.

Alors, lorsque l'on se sent déprimé, fatigué, ou que l'on combat la maladie, quoi de plus important que de retrouver le contact avec les autres, avec la beauté du monde et de la vie, avec la nature? Essayez, vous ne serez jamais déçus.

 

...

 

...