Santé

L’infection urinaire - qu'est-ce que c'est ? les remèdes ?

-

Les infections urinaires regroupent les maladies infectieuses dues à des micro-organismes attaquant le système urinaire. Les premières victimes sont les femmes : 40 % à 60 % en souffrent au moins une fois dans leur vie. En France, c’est le deuxième motif de consultation et de prescription d’antibiotiques. Parmi ces infections, la cystite est la plus fréquente.

 

Les types d’infections urinaires

En principe, l’urine est stérile : 96 % d’eau, des sels, des composants organiques. Mais lorsque des agents infectieux (bactéries) entrent dans le système urinaire, ils contaminent l’urine. Il existe trois types d’infections urinaires qui se distinguent par la localisation de l’infection :

- la cystite infectieuse se développe dans l’urine. La bactérie est l’Escherichia coli et l’organe enflammé la vessie. C’est la forme d’infection la plus courante qui touche les femmes, surtout entre 50 et 60 ans ;

- l’urétrite infectieuse. Seul l’urètre est touché par l’infection. Elle concerne surtout les hommes et peut s’accompagner d’une infection de la prostate. Ses agents infectieux sont la chlamydia et le gonocoque ;

- la pyélonéphrite est plus grave. C’est une infection généralement bactérienne provoquant l’inflammation du rein et sa cavité. Elle peut suivre une cystite mal traitée.

Les facteurs déclenchants

    Les causes de l’infection urinaire sont multifactorielles :
  • - manque de boissons,
  • - rétention d’urine,
  • - mauvaise hygiène intime chez la femme,
  • - rapports sexuels contaminants,
  • - utilisation d’un diaphragme ou de spermicides,
  • - calculs urinaires,
  • - de type I ou II,
  • - pose d’une sonde urinaire,
  • - grossesse compressant le fœtus sur la vessie,
  • - constipation,
  • - ménopause, âge.
  • - herpès génital
  • - transplantation rénale,
  • - troubles de la prostate chez l’homme.

Les symptômes de la cystite

    Les plus communs sont :
  • - douleurs ou brûlures en urinant,
  • - fréquence anormale des mictions la journée et parfois la nuit,
  • - sentiment persistant d’avoir besoin d’uriner,
  • - urines parfois troubles, hémorragiques et/ou malodorantes,
  • - sensation de douleur, de pesanteur dans le bas-ventre,
  • - parfois, du sang dans l’urine.
  •  
  • Les symptômes dans le cas d’une infection des reins sont :
  • - forte fièvre et frissons,
  • - vives douleurs au bas du dos, dans l’abdomen ou au niveau des organes sexuels,
  • - nausées et des vomissements,
  • - dégradation de l’état général,
  • - dans 60 % des cas, brûlures et envies fréquentes d’uriner.

Des remèdes naturels

Sans traitement, les infections basses (cystite et urétrite) peuvent évoluer vers une infection haute, touchant le rein (pyélonéphrite). Lorsqu’on est sujet à risque, il faut donc se protéger, en particulier de la cystite qui est la plus fréquente. Il faut d’abord boire assez et régulièrement, l’eau drainant des voies urinaires. Puis avoir une bonne hygiène intime : chez la femme, le méat urinaire est près de l’anus où grouillent les bactéries.

Enfin, des remèdes naturels empêchent, chacun à sa façon, l’installation de l’infection et évitent le recours aux antibiotiques qui entraînent des effets indésirables.

Le D-Mannose

Ses molécules empêchent les bactéries d’adhérer à la vessie, détachent celles déjà fixées et les éliminent à la miction. Pour en savoir plus sur le D-Mannose lisez notre article : Tout savoir sur le Waterfall D-Mannose

L’Oréganol

Cette huile riche en principes actifs de l’origan stimule le système immunitaire contre toutes les infections, y compris celles du système urinaire.

La canneberge

Ses éléments qui empêchent l’adhésion de l’E. coli à l’urothélium, donc l’infection des voies urinaires, sont efficaces dans la prévention de certaines cystites. Notre article sur le d-mannose canneberge.