Santé

Soigner une infection urinaire avec des remèdes naturels

-

L'infection urinaire est un mal courant, qui touche aussi bien les hommes que les femmes. Souvent bénigne, qu'elle soit silencieuse ou au contraire très douloureuse, il faut la traiter rapidement sous peine de la voir s'installer, ou pire, évoluer plus gravement. Bien qu'elle se manifeste de la même façon chez l'homme et chez la femme, ses causes sont souvent différentes. Si elle guérit spontanément dans la plupart des cas, elle est parfois résistante et chronique, à force d'avoir été traitée avec des antibiotiques ou si vous y êtes particulièrement sensible. Les traitements chimiques sont bien sûr une solution, mais il existe des alternatives naturelles efficaces pour soigner les cystites, qui renforcent par la même occasion le système urinaire à titre préventif.

Définition et symptômes de l'infection urinaire

L'infection urinaire, nommée cystite chez la femme, est provoquée par la prolifération de bactéries naturellement présentes dans la région anale. Leur présence en petite quantité est normale, mais leur surabondance provoque des symptômes particulièrement désagréables, qui peuvent parfois dégénérer en une infection plus grave.

Les symptômes les plus courants sont :

  • Des envies fréquentes d'uriner, même quelques gouttes (pollakiurie) ;
  • Une envie urgente de faire pipi (urgenturie) ;
  • Des brûlures douloureuses à la miction
  • Parfois, des fuites urinaires

Ces symptômes peuvent se faire très discrets (infection silencieuse). S'ils s'accompagnent de fièvre, de frissons ou de douleurs dans le bas-ventre et les reins, consultez un médecin en urgence.

Les causes de l'infection urinaire

Cette infection peut avoir été causée par de nombreux facteurs. L'hygiène est souvent en cause, ainsi que le port de vêtements synthétiques ou trop moulants qui favorisent l'humidité et les transferts de germes de la zone anale à la zone urinaire. Il est important pour les femmes de s'essuyer toujours de l'avant vers l'arrière aux toilettes, et d'uriner après un rapport sexuel afin d'éviter une remontée des bactéries.

Un déséquilibre de la flore vaginale chez la femme (qu'il soit dû à l'usage d'un produit de soin, d'un médicament ou d'une maladie), ou du système immunitaire chez l'homme, ou encore l'âge tout simplement peuvent affaiblir les défenses et vous rendre sensible aux infections à répétition.

Dans certains cas, l'infection urinaire peut avoir été causée par une infection sexuellement transmissible comme la Chlamydia ou le gonocoque. Ces germes sont combattus à l'aide d'antibiotiques, ce qui a rendu certaines souches particulièrement résistantes aux traitements. Les femmes enceintes, les seniors et les personnes allergiques aux antibiotiques forment alors une population sensible qui ne peut pas forcément recourir aux méthodes pharmaceutiques pour traiter ces infections urinaires.

Prévention des infections urinaires

Prévenir naturellement la cystite chez la femme

Le sexe de la femme présente une configuration qui le rend naturellement davantage sujet aux infections urinaires. L'urètre est plus court que chez l'homme et sa proximité avec la zone anale rend les transferts de bactéries plus faciles. Si ses défenses naturelles sont affaiblies, par exemple si sa flore vaginale est perturbée, la cystite guette. C'est particulièrement vrai pour les femmes enceintes, qui en plus de souffrir de multiples désagréments, risquent des complications pouvant affecter la santé du bébé à naître.

Les bonnes pratiques d'hygiène féminine

Pour éviter les cystites à répétition, la première recommandation est d'avoir une bonne hygiène de vie et intime. Il faut naturellement boire beaucoup d'eau et avoir de bonnes pratiques sanitaires.

Le port de vêtements très moulants et en synthétique augmente considérablement le risque d'infection urinaire. Préférez le coton pour vos sous-vêtements, et les produits naturels biologiques pour l'hygiène intime. Pendant les règles, faites attention aux serviettes et aux tampons : vérifiez que leur composition est exempte de produits nocifs qui peuvent abîmer votre flore bactérienne naturelle et causer des effets secondaires désagréables. Recourir à une coupe menstruelle en silicone est une bonne alternative, à condition de respecter ses règles d'usage hygiéniques.

Si vous portez une culotte ou une protection contre les fuites urinaires, les mêmes conseils s'appliquent.

L'usage de savon et de produits lavants pour l'intimité féminine est connu pour déséquilibrer, voire détruire la flore vaginale, première ligne de défense du système urinaire féminin. Si c'est votre cas ou si vous souffrez d'une affection impactant votre système immunitaire par exemple, il est important de renforcer vos défenses naturelles, avec le D-Mannose par exemple. Utilisé en prévention sur le long terme, ce complément alimentaire biologique est très efficace contre les bactéries du type E.coli, responsables de la Listéria. Prenez soin de choisir un produit naturel, qui préserve bien l'équilibre de votre flore intestinale.

L'infection urinaire chez l'homme

Chez l'homme, l'infection urinaire se manifeste de la même manière que chez la femme, mais elle a souvent des causes différentes. Il s'agit souvent d'une prostatite, une glande qui s'enflamme soit à cause d'une infection par la Chlamydia par exemple, soit parce qu'elle s'est hypertrophiée naturellement avec l'âge. Des épididymites et des urétrites peuvent également être causées par une autre IST : l'infection par le gonocoque (ou gonorrhée, chaude-pisse, etc.).

Là encore, le renforcement des défenses naturelles du système urinaire masculin est très efficace en prévention des infections, les hommes peuvent d'ailleurs utiliser le D-Mannose également. Avec la canneberge et couplée à des mesures d'hygiène, l'infection devrait vous être évitée. Boire de la tisane d'épilobe (une plante herbacée) contribue par ailleurs à drainer le système urinaire chez l'homme.

Toutefois, si l'infection s'installe et s'accompagne de fièvre, il est crucial de consulter un spécialiste.

Soigner la cystite avec une alternative naturelle

Dans 50% des cas, la cystite chez la femme guérit spontanément, mais si elle s'installe, il faut intervenir.

Recourir aux boissons diurétiques

Quand le mal est fait, il faut qu'il passe : c'est le moment de drainer l'infection hors de votre système urinaire. Buvez beaucoup d'eau (celles aux propriétés diurétiques ou à fort taux de magnésium comme Hépar), du thé vert et du jus de canneberge afin de filtrer un maximum d'eau de votre corps.

Attention au thé cependant, car mal choisi, il peut augmenter l'acidité de vos urines et la sensation de brûlure. Les thés verts japonais Gyokuro et Bancha sont d'excellents alliés contre les infections urinaires et rénales.

Combattre l'infection urinaire chez la femme enceinte

10% des femmes enceintes souffrent d'infections urinaires au cours de leur grossesse. Pendant cette période, les parois vaginales sont plus fines, ce qui augmente le risque de transfert de germes. La compression des organes provoque également de fréquentes envies de faire pipi. Particulièrement désagréables, les complications qui peuvent résulter d'une infection urinaire pendant la grossesse peuvent également s'avérer dangereuses pour le fœtus.

Au nom du principe de précaution, on déconseille beaucoup de médicaments et antibiotiques aux femmes enceintes, qui se trouvent souvent démunies devant leur infection urinaire. Là encore, il est possible de recourir aux plantes comme la canneberge (cranberry) ou la bruyère et aux méthodes efficaces de médecine douce. Attention, certaines décoctions de plantes sont interdites pendant la grossesse !

Comme ils contiennent de la théine et parfois de la caféine, les thés sont aussi à proscrire pour les femmes enceintes. Mais le rooibos, la tisane de busserole et la tisane de buchu africaine peuvent les remplacer avec bonheur, pour un même effet diurétique. En plus, ils sont délicieux !

Les plantes qui combattent les troubles urinaires

On a déjà évoqué la célèbre canneberge, qui contient naturellement du D-Mannose aux effets particulièrement puissants dans le traitement des infections urinaires : il s'agit de la variété Vaccinium Macrocarpon, la seule dont les effets ont été certifiés. La décoction de bruyère peut également aider, de même que le sureau noir (interdit aux diabètes de type 1). La bruyère tout comme la busserole sont des anti-infectieux très efficaces et préviennent les récidives de cystite, tandis que l'extrait de pépins de pamplemousse et l'origan permettent de renforcer les défenses.

Si vous souffrez en plus de diabète de type insulinodépendant, il est recommandé de prendre du D-Mannose en dehors des repas pour prévenir les infections urinaires. Son influence sur le taux d'insuline est nulle, mais veillez à contrôler votre taux de sucre si vous buvez du jus de canneberge, car celui-ci peut contenir une bonne quantité de fructose pour contrebalancer son goût acide.

La verge d'or, les échinacées et le pissenlit sont également connus pour leur rôle actif dans le soin et la prévention des infections urinaires. Ces plantes requièrent cependant un mode d'emploi précis et disposent également de contre-indications, c'est pourquoi il est important de consulter un spécialiste en phytothérapie avant de les utiliser pour se soigner.

La vitamine C liposomale

Avec sa haute teneur en acide ascorbique, la vitamine C acidifie les urines. Si en abuser rend la miction plus douloureuse, dans certains cas elle peut aider à la prévention et au soin des infections urinaires, en aidant à dissoudre les calculs rénaux. Ces petites formations calcaires produites par les reins peuvent se décrocher et doivent alors être évacuées (douloureusement) par les voies naturelles.

Tout ce qui peut aider à drainer le système urinaire et à évacuer le calcul est alors bienvenu, comme le très diurétique jus de cranberries ou la vitamine C liposomale Eliphe. Cette dernière renforce également les défenses immunitaires de l'organisme.

 

Sources :

Association Française d'Urologie

Allô Docteurs

Eurêka Santé

Thé vert